Le Blog de Geneviève Fioraso

Hier à 21h20, trois astronautes sont partis du Cosmodrome de Baïkonour (Kazakstan) à bord du lanceur Soyouz en direction de la Station Spatiale Internationale (ISS). Aux côtés du Russe Oleg Novitsky et de l’Américaine Peggy Whitson, c’est le français Thomas Pesquet qui a pris place dans la capsule au sommet de la fusée. Après un lancement réussi, ils mettront plus de quarante-huit heures avant de s’amarrer à l’ISS, en orbite à 420 kilomètres de la Terre.

Thomas Pesquet est le dixième français à s’envoler dans l’espace, et le quatrième astronaute français à séjourner à bord de la Station spatiale internationale.

Ingénieur de l’équipage, il contribuera durant six mois à 62 expériences coordonnées par l’ESA et le Centre national d’études spatiales (CNES) pour faire avancer la connaissance du corps humain, la physique et la biologie et mettre ensuite au point de nouvelles thérapies, plus adaptées .

Diplômé de Supaéro, Thomas Pesquet a travaillé pour des fleurons du spatial et de l’aéronautique français (Thalès Alenia Space, CNES, Air France) avant d’être sélectionné par l’Agence Spatiale Européenne (ESA) pour devenir astronaute en 2009. Suivant un entraînement technique et opérationnel en Europe, en Russie et aux États-Unis, en 2014 il est affecté à cette mission de longue durée à bord de l’ISS, la mission Proxima, baptisée en hommage à l’étoile la plus proche de notre Soleil.

Capture d’écran 2014-03-17 à 18.23.47

aux côtés de Jean-Yves Le Gall, Président du CNES et Jean-Jacques Dordain, ancien Directeur général de l’ESA

Ayant eu la chance de rencontrer plusieurs fois Thomas Pesquet,  je l’avais notamment accueilli au Ministère de la Recherche le 17 mars 2014 pour le féliciter à l’issue de sa sélection par l’ESA. Je tiens à lui envoyer tous mes vœux de réussite pour cette mission qui, indépendamment des enjeux scientifiques, nous apporte cette petite part de rêve dont nous avons bien besoin dans un contexte national et international complexe. A l’instar de l’engouement autour de la mission Rosetta et l’atterrissage de Philae sur la comète Tchoury en 2014, je me réjouis par ailleurs de l’exposition médiatique suscitée par la présence d’un français au sein de cette équipage. Ces événements permettent de mettre en lumière l’excellence de notre filière spatiale française, qu’elle soit scientifique ou industrielle ; un secteur trop méconnu du grand public, alors que la France en assure aujourd’hui le leadership en Europe.

Hier soir à la Géode de la Cité des Sciences de la Villette, j’ai partagé l’émotion de tout un public concentré avant le lancement et enthousiaste à l’issue d’une trajectoire bien engagée !

Toute l’aventure et le suivi de la mission de Thomas et de ses deux collègues russe et américaine sont disponibles sur le site Proxima.