Le Blog de Geneviève Fioraso

La réserve parlementaire dont dispose annuellement tous les députés m’a permis de financer, en toute transparence (les associations et/ou collectivités publiques ainsi financées font l’objet d’une information accessible) un certain nombre de projets dans des domaines divers : solidarité, coopération/aide au développement international, culture, soutien scolaire, amélioration de la vie quotidienne de personnes en précarité ou en situation de maladie, de handicap, contribution à des voyages ou déplacements de scolaires dans les quartiers en politique de la ville, aide à l’équipement, souvent informatique, pour des clubs sportifs, des associations de personnes âgées…

L’association « Santé et développement » tient une place tout à fait particulière dans tous ces projets qui mobilisent des bénévoles de tous âges. En compagnie d’Olivier Véran, conseiller régional, j’ai participé récemment au bilan des actions menées en 2016 par cette association à l’occasion de son assemblée générale annuelle. Créée il y a 15 ans, cette association a mené à bien de nombreux projets de santé et de développement en France et dans le monde.

Ce qui frappe d’abord, ce sont l’énergie et l’efficacité incroyables dont fait preuve le président de « Santé et Développement », Maurice Collin. Cet ancien pédiatre du CHU de Grenoble se démène depuis 15 ans sans compter pour proposer des actions ingénieuses et concrètes aux populations en détresse, notamment en Afrique, en Haïti, à Madagascar. Et il sait mobiliser autour de lui, que ce soit à Grenoble, le nombre de bénévoles présents à l’assemblée générale en était la démonstration, ou dans le monde. Il sait  aussi trouver des financeurs et des contributeurs qui rendent possibles ces projets. Son enthousiasme et la force de son engagement ont convaincu les partenaires les plus divers à qui il rend des comptes régulièrement, notamment grâce aux mails qu’il envoie des quatre coins du monde où il se rend régulièrement, avec son épouse, toujours solidaire, pour évaluer sur le terrain la bonne marche des projets.

Quelques exemples illustreront ces propos et témoigneront de la diversité et de la pertinence des actions menées, qui s’inscrivent dans la durée car elles sont toujours fondées sur des partenariats locaux et un contact direct avec les populations concernées.

Pour la seule année 2016, des aides à la scolarisation ont été engagées en Guinée-Conakry, au Niger grâce à la rénovation de collèges et d’écoles, à la fourniture de mobilier ou ordinateurs, de matériel pédagogique adapté pour les déficients auditifs à Niamey. En République Démocratique du Congo comme à Madagascar, des valves de dérivation ont permis de traiter les enfants souffrant d’hydrocéphalie. Des greffes de cornée ont été réalisées à Madagascar, des échographes neufs ont été livrés dans les hôpitaux. Au Kivu, les pygmées chassés de la forêt où ils vivaient ont pu être accueillis dans une école et un centre de formation professionnelle mis en place par l’association avec des partenaires locaux. Des villages pygmées ont été approvisionnés en eau. En Equateur, un projet de maisons à 2000 euros est engagé, pour loger les sans-abris suite au tremblement de terre meurtrier. Au Mali, une ambulance a été envoyée. En France, l’association «Point d’eau », qui accueille les SDF, l’association « Locomotive » qui aide les enfants hospitalisés au CHU de Grenoble pour des leucémies, l’initiative d’art-thérapie mise en place par le Professeur Mireille Mousseau, cancérologue au CHU ont toutes bénéficié de l’aide et de l’accompagnement de « Santé et Développement ». Et ces exemples ne sont pas exhaustifs, tant le bilan 2016 de l’association est riche d’actions multiples, toutes utiles et durables.

Ce qui caractérise tous les projets de Santé et Développement, c’est en effet leur caractère durable, lié à la méthodologie employée. En s’appuyant toujours sur des partenariats occidentaux pour les financer et des relais locaux pour les réaliser, l’association assure à ses actions une efficacité et une persistance dans le temps que l’on aimerait retrouver dans toutes les ONG. Un grand merci au docteur Collin, qui porte cette association avec humanisme, engagement et conviction depuis tant d’années et à tous les bénévoles et partenaires qui la soutiennent. Un message d’espoir et d’entraide nationale et internationale dont la période a vraiment besoin et qui fait du bien, tout simplement !