Le Blog de Geneviève Fioraso

Ce vendredi 20 septembre, j’étais à Rabat, pour participer à la première conférence des ministres de l’Enseignement supérieur et de la Recherche des pays du Dialogue en Méditerranée Occidentale “5+5”. (France, Espagne, Italie, Malte, Portugal, Algérie, Libye, Maroc, Mauritanie et Tunisie)


Cette première conférence illustre la démarche de “Méditerranée de projets”, réaffirmée par le Président de la République à l’occasion de son discours à la XXIème conférence des ambassadeurs, le 27 août dernier.

Elle marque une nouvelle étape dans la dynamique de coopération que j’ai souhaité impulser avec mon homologue marocain, M.Lahcen Daoudi, pour bâtir une Europe des deux rives pour l’enseignement supérieur et la recherche, ouverte sur l’Afrique subsaharienne. Cette coopération a conduit à la signature d’une dizaine d’accords stratégiques au cours des 12 derniers mois, en présence des chefs d’Etat et de Gouvernement. Lors d’un échange bilatéral, nous avons d’ailleurs échangé esur les projets les plus avancés, en particulier l’école d’architecture au sein de l’Université Internationale de Rabat, qui démarre sa première rentrée, l’école centrale de Casablanca, le projet de formation des professionnels de santé à Agadir et l’implantation d’IUT pour former les techniciens demandés par les entreprises marocaines.

Lors de cette conférence, j’ai salué montée en charge du projet d’Institut de technologie et d’architecture euroméditerranéen (INSA international), en partenariat avec l’Université euro-méditerranéenne de Fès. Cette initiative, dont les bases ont été officialisées lors de la visite du Président de la République à Rabat, le 4 avril dernier, se construit en partenariat avec les meilleurs établissements d’enseignement supérieur des pays du Dialogue 5 + 5. Elle porte l’ambition de s’étendre à l’Afrique subsaharienne de façon à contribuer à son développement, et à l’ouverture potentielle de nouveaux marchés. Les premières actions, à titre pilote, sont attendues pour 2014 (cycle de master international en formation continue).

Les conclusions de cette première conférence, que j’avais appelée de mes vœux, pose véritablement les bases d’un cadre de co-construction universitaire et scientifique concret, innovant et ambitieux. C’est en effet ensemble que nous devons répondre à ces défis sociétaux, économiques, de formation et construire une Méditerranée de projets, dans un esprit de dialogue et d’ouverture sur un continent africain en plein développement.

Retrouvez l’interview que j’ai donné au journal marocain Le Matin ITW_de_G-_Fioraso_-_Le_Matin_du_20_sept_2013