Le Blog de Geneviève Fioraso

Mercredi et jeudi, j’ai participé au voyage d’Etat du président de la République au Maroc. Dans le cadre de  ce voyage officiel, j’ai signé huit accords visant à renforcer les partenariats entre la France et le Maroc dans le domaine de l’enseignement supérieur et de la recherche.

Signature d'un accord relatif à la création d'un INSA international, avec mon homologue M.Lahcen DAOUDI, ministre marocain de l'enseignement supérieur, devant le président de la République François Hollande

Avec 32 000 étudiants inscrits dans l’enseignement supérieur chaque année, la France est la première terre d’accueil des étudiants marocains, qui représentent aussi le premier contingent d’étudiants étrangers en France, juste avant les Chinois.

Ces accords stratégiques illustrent la volonté de la France et du Maroc de renforcer des relations historiques et privilégiées. Ils viennent concrétiser la nouvelle dynamique de coopération avec mon homologue marocain, M.Lahcen Daoudi, et s’inscrivent dans le cadre de la construction d’un espace euro-méditerranéen renforcé de l’enseignement supérieur et de la recherche, ouvert sur le continent africain et basé sur l’innovation et l’élévation du niveau de formation.

C’était mon troisième déplacement officiel au Maroc. Dans la continuité de la réunion bilatérale qui s’était tenue à Rabat, le 17 octobre 2012, puis de la feuille de route établie lors de la Rencontre de Haut- Niveau présidée par les deux Chefs de Gouvernement le 13 décembre 2012 à Rabat, les accords signés  mercredi, devant les chefs d’Etat, ont confirmé plusieurs projets emblématiques de cette coopération renforcée :

– la mise en œuvre opérationnelle de l’Ecole centrale de Casablanca qui ouvrira à la rentrée 2014 ;

-la création d’un Institut international euro-méditerranéen de la Technologie (INSA international), soutenue par le Groupe INSA France, qui a vocation à s’étendre à un centre des hautes études en ingénierie, technologie et management, associant des étudiants de la zone euro- méditerranéenne.

Réunion bilatérale a Ministère de l'Enseignement supérieur et de la recherche marocain

Jeudi, j’ai signé six autres accords visant à renforcer l’accompagnement de projets d’excellence au Maroc, au travers d’approches pédagogiques innovantes dans les domaines prioritaires de l’ingénierie, du management, de l’architecture et de la santé ; la formation tout au long de la vie ; la formation de cadres intermédiaires ; le développement de partenariat dans le domaine de la recherche collaborative et de l’innovation :

–  création de l’Institut Méditerranéen de Logistique et des Transports dans la région de Tanger-Tétouan,

– création d’une Ecole d’Architecture à l’Université Internationale de Rabat,

– l’appui du CNAM à la création d’un établissement de formation tout au long de la vie,

– appui à la formation des cadres intermédiaires, avec le projet de création d’un IUT pilote au Maroc.

–  projet de création d’un consortium français de facultés de médecine venant en appui à la mise en place de la faculté de médecine d’Agadir.

–  projet de création d’une unité mixte internationale CNRS/Georgia Tech/UIR sur le thème des matériaux pour l’énergie, et  tenue d’une manifestation scientifique franco-marocaine sur la recherche, en collaboration avec les alliances nationales thématiques de recherche françaises, le 27 mai 2013, au Maroc.

.

De gauche à droite : avec M.Rabbah, ministre marocain du transport et de l'équipement, M.Daoudi, ministre de l'enseignement supérieur et de la recherche, M. Louardi, ministre de la santé, lors de la signature d'accords sur l'enseignement supérieur et la recherche

Je me réjouis de ces partenariats porteurs pour l’avenir de la jeunesse de la France et du Maroc et qui, par des projets concrets d’appui à la formation, viennent renforcer les liens et besoins forts des entreprises françaises et marocaines, et plus largement le lien entre la France, le Maroc et l’Afrique subsaharienne francophone.

A lire, l’article des Echos, : « Enseignement supérieur : la France mise sur le Maroc pour renforcer son attractivité en Afrique »