Le Blog de Geneviève Fioraso

Samedi, j’avais invité tous les membres de mon comité de soutien pour le lancement de la campagne des législatives dans la 1ère circonscription. La forte affluence, la diversité des générations, des quartiers et communes représentées, l’enthousiasme général témoignaient de la mobilisation et la motivation pour donner une majorité forte à François Hollande à l’Assemblée nationale et lui permettre ainsi de mettre en œuvre le changement avec son gouvernement.

L’élan suscité par l’élection de François Hollande et la volonté collective d’ancrer à gauche une circonscription découpée par Charles Pasqua et que j’ai gagnée en 2007 contre Alain Carignon m’ont beaucoup touchée.

Cette circonscription, que la droite a tendance à considérer comme sa propriété, a voté pour François Hollande à 53,95 % le 6 mai dernier. A Grenoble, la gauche et tous les progressistes ont beaucoup progressé et la droite a reculé, y compris dans les communes du Grésivaudan, même si le Front national, bien que beaucoup plus bas qu’au niveau national, a néanmoins progressé.

Avec Julie, représentante des MJS, qui se sont fortement mobilisés durant les Présidentielles

Le Professeur Alim Louis Benabid, bien connu au CHU de Grenoble comme à Clinatec qu’il dirige aujourd’hui ou à Meylan où il habite, me fait l’amitié de présider le comité de soutien aux côtés du vice-président, Maître Michel Bénichou, Président de la Conférence européenne des bâtonniers, bien connu à Grenoble, aux côtés de nombreux élus socialistes, radicaux de gauche, centristes, écologistes, d’entrepreneurs, de commerçants, d’artisans, d’enseignants, d’acteurs culturels qui ont bien voulu témoigner pour soutenir ma candidature. Tous ces témoignages sont en ligne sur le lien suivant. A cette occasion, j’ai tenu à remercier Patrice François pour son engagement à mes côtés pendant 5 ans ; engagement qu’il n’a pas pu renouveler, appelé à des fonctions nationales.

Avec Me Jean-Michel Detroyat, Me Michel Benichou, Olivier Véran, mon suppléant et Michel Destot

Cette réunion a aussi permis à Olivier Véran, Corençais de 32 ans, neurologue au CHU de Grenoble, d’expliquer pourquoi il avait accepté d’être mon suppléant. J’avais rencontré Olivier Véran en 2007, lorsqu’il coordonnait le mouvement régional et national des internes pour améliorer leur statut et leurs conditions de travail. Préoccupé, comme moi, des difficultés croissantes rencontrées par l’hôpital public, aggravées par la loi Hôpital Patient Santé Territoires lancée par Roselyne Bachelot et que nous n’avons pas votée, Olivier Véran mettra tout son talent, son énergie et sa motivation (il termine, en plus de ses engagements syndicaux, professionnels, un master d’économie de la santé à Sciences Po Paris) au service d’une amélioration de la santé publique et des conditions de travail dans les hôpitaux.

En conclusion, pour amplifier la mobilisation qui a permis cette évolution très positive en faveur de François Hollande, nous allons, pendant les 5 semaines qui nous restent, intensifier encore le porte à porte, les rencontres sur le terrain, les réunions avec les professionnels, les associations pour bien expliquer les enjeux des élections législatives et assurer à François Hollande une majorité à l’Assemblée nationale le 17 juin prochain. N’hésitez pas à nous rejoindre.

Avec Laure Masson, ma directrice de campagne et Olivier Véran, suppléant