Le Blog de Geneviève Fioraso
Ré-industrialiser par l’innovation
Mandatée par la Commission des Affaires Économiques de l’Assemblée Nationale, je viens de publier mon rapport pour avis sur le budget de l’industrie et de l’énergie.

Ce rapport s’articule autour de deux parties :
– une première partie consacrée à la politique industrielle française
– une seconde partie consacrée à la politique énergétique française.

A l’heure où beaucoup semblent redécouvrir le mot de « ré-industrialisation », je me réjouis évidemment à l’idée de voir enfin s’éveiller un intérêt et un soutien pour une cause majeure, que j’étais une des rares à défendre depuis des années. Mais, on ne peut s’empêcher de ressentir certains discours comme une provocation au regard des 750 000 emplois industriels disparus en 10 ans (dont près de 400 000 depuis 2007). Dans mon rapport, comme je l’avais fait depuis 3 ans dans mes rapports successifs, j’ai tenu à rappeler la nécessité d’avoir une stratégie industrielle forte, claire et cohérente, la nécessité de revenir aux fondamentaux économiques.

Regrettant que les politiques de soutien aux entreprises industrielles constituent davantage un « empilement de dispositifs et d’effets d’annonce », j’ai souligné dans mon rapport que la ré-industrialisation de la France passe avant tout par :
– un effort sans précédent sur les PMI-PME à fort potentiel, afin d’accélérer leur transformation en Entreprises de Taille Intermédiaire innovantes, donc exportatrices et créatrices d’emplois. Rappelons que la France ne compte que 30 % de PME industrielles innovantes contre 69 % pour l’Allemagne, 35 % de PME industrielles qui exportent contre 71% pour l’Allemagne et 2 à 3 fois moins d’Entreprises de Taille Intermédiaire,
– La constitution, la protection et la diffusion d’un capital technologique au profit de l’ensemble du tissu industriel,
– le soutien aux filières industrielles d’avenir et notamment aux nouvelles technologies de l’énergie, à la sobriété et l’efficacité énergétique dans un objectif de rééquilibrage du mix énergétique de notre pays, aux biotechnologies et aux nanotechnologies,
– le financement de l’innovation, en soulignant que seule une banque publique unique de financement des PME/ETI, ayant des missions allant au-delà de la gestion du crédit en période de crise, peut constituer une solution durable. Les dispositifs multiples d’aide à l’innovation (Oséo, FSI, pôle de compétitivité, Investissements d’Avenir, cluster, plateforme) doivent être simplifiés et gérés au niveau régional avec un Etat stratège et une Europe engagée par les grandes orientations technologiques et industrielles.

L’intégralité du rapport est consultable sur le lien suivant : http://www.assemblee-nationale.fr/13/budget/plf2012/a3807-tII.asp